A+ R A-

SÉLECTION NATIONALE: Sébastien Migné s'est livré à la presse sportive congolaise pour faire savoir ses impressions et motivations.

Après avoir officialisé son départ du Togo, Sébastien Migne a signé, lundi dernier, un contrat de deux (2) ans renouvelable avec la Fédération Congolaise de Football. Il a pour mission principale de qualifier les Diables Rouges à la CAN 2019 qui aura lieu au Cameroun voisin. Après sa signature, l’ancien adjoint de Claude Le Roy a accordé une série d'interviews exclusives, répondant donc à quelques questions qui préoccupaient les Chevaliers de la Plume et du Micro.

* Pourquoi avoir choisi le Congo à un moment où votre collaboration avec Claude Le Roy au Togo était toujours en cours?

SM- On ne choisit par le moment. C’est une question d’opportunités. Il s’avère que cela se présente après la CAN où on avait donné beaucoup avec Claude et tout le staff. Je ne me sentais pas d’attendre que le train repasse une deuxième fois.

Je trouvais que c’était le bon moment. Cela faisait 9 ans que j’étais en collaboration avec Claude. Pour trouver un nouveau souffle et une nouvelle motivation, je trouvais que c’était bien.

* Comment Le Roy a t-il pris votre décision?

SM- Cela n’a pas été facile. Comme j’ai dit, après 9 ans de collaboration, on était devenu comme un vieux couple et donc les séparations dans ce cas là sont toujours difficiles. J’ai essayé de lui présenter mes arguments. Il n’était pas forcément décidé à les entendre. Il aurait aimé que je respecte mon engagement et que je finisse avec lui. Mais je ne me sentais plus la force d’attendre et la peur que cette opportunité ne se représente pas.

* Au Togo, la fédération se sent trompée car vous avez démenti dans un premier temps tout contact avec le Congo. Que leur répondez-vous ?

SM- Je suis tout autant déçu que la FTF se sente trompée. J’aurais préféré que cela se passe dans de meilleures conditions. J’ai tout donné pour le Togo sans jamais tricher. Après quand il y a des possibilités de contrat comme ça, c’est toujours difficile de faire comprendre qu’il y a une opportunité professionnelle et d’avancement dans la carrière.

Et que tous les parties soient d’accord et le comprennent. Au départ, je savais le Congo intéressé par ma venue mais il y avait tellement de candidats… En réalité, je ne m’étais pas présenté directement, mais il s’est trouvé qu’une personne avec qui j’étais proche ait présenté ma candidature et elle a retenu leur attention donc au moment où on a parlé, il n’y avait rien de tout ça de mon côté.

Mais après quand j’ai su réellement qu’il y avait un intérêt de la part du Congo, évidemment que je me sentais intéressé.

* Que gardez-vous de votre passage chez les Eperviers?

SM- Je n’en garde que de bonnes choses. Tout d’abord, la rencontre d’un peuple et des gens attachants. Des joueurs qui valent le détour et qui se sont qualifiés pour une CAN, c’était ma troisième compétition Africaine. Forcément une belle aventure.

La rencontre d’Emmanuel Adebayor, souvent décrié mais un athlète hors pair avec qui on a ensemble pris le parti de faire un formidable défi pour le relancer et faire en sorte qu’il réalise une CAN de belle fracture. Une vraie belle aventure au Togo dans un pays où il fait bon vivre. Malheureusement, c’est le cours de la vie professionnelle qui fait que je sois amené à partir mais c’est aussi un regret. Peut-être qu’un jour je reviendrai… Qui sait!!!

* Depuis la CAN 2015, le Congo est retombé dans les travers. Comment comptez-vous relever le défi? Quels sont les objectifs que vous vous assignés?

SM- Il s’agit de qualifier les Diables Rouges à la CAN 2019. Ce ne sera pas facile. On est dans un groupe difficile (ndlr : avec la RD Congo, mais ce n’est surement pas plus mal. J’ai le souvenir de la CAN 2015 où on était déjà dans un groupe de l’Afrique du Sud, du Nigéria et du Soudan et peu aurait parié sur une qualification.

C’est peut-être pas plus mal, il va falloir redonner un état d’esprit enthousiaste, dynamique avec des joueurs qui doivent retrouver l’amour du maillot et de jouer les trouble-fêtes dans ce groupe. Je l’espère dès le mois de juin avec ce derby à Kinshasa.

Pour relever ce défi, je compte redynamiser ce groupe. Cela part des anciens, je vais faire un point très rapidement avec eux pour savoir où ils en sont, s’ils ont encore envie de porter haut les couleurs du Congo. Après il s’agira de trouver quelques bonnes pioches après le match contre la Mauritanie (amical du 28 Mars à Nouackchott) pour savoir si nous avons de nouvelles têtes pour porter les couleurs du Congo et des Diables Rouges.

* Vous connaissez les Diables Rouges pour y être passé avec Le Roy, ce sera un atout?

SM- J’espère que ce sera un atout d’être déjà passé ici. Il est vrai que je connais la majorité des joueurs mais il va être à moi d’essayer de faire passer mon message. Ils m’ont connu sous l’égide de Claude Le Roy. Là, il faudra gagner la légitimité en tant que numéro 1, faire montre d’enthousiasme et faire en sorte que les garçons retrouvent la confiance parce que je pense qu’ils n’ont pas perdu leur qualité.

Ça va être de remontrer que le Congo est à nouveau en place et peut enquiquiner de belles équipes comme la RDC. Un premier match dès ce mois de Mars contre la Mauritanie…

* Doit-on déjà s’attendre à de nouveaux chez les Diables Rouges?

SM- Pour ce match contre la Mauritanie, malheureusement, je ne suis pas certain qu’il ait de nouvelles têtes car je me refusais de prendre contact avec les joueurs avant que ma situation ne soit finalisée, ce qui est désormais le cas. Je vais refaire le point, resituer pas mal d’anciens et voir de nouvelles têtes du championnat local. Pour ça, je fais aussi confiance à mon adjoint Barthélémy Ngatsono. Et très vite, dès la fin du match contre la Mauritanie, je me mettrai en charge d’aller convaincre quelques binationaux, ou quelques joueurs évoluant à l’extérieur de venir rejoindre la bannière des Diables Rouges.

Je vais essayer de revivifier notre groupe. La priorité reste sur quelques anciens qui ont déjà apporté énormément à l’équipe nationale. Je vais voir où est ce qu’ils en sont, car après nous aurons moins de trois mois pour préparer le match contre la RDC.

Congofootball sur les traces de Cyld Mouanda, un jeune joueur congolais plein d'avenir.

Congofootball.fr à la rencontre d'un jeune footballeur congolais de Casa Sport première division Sénégalaise, promu à un bel avenir.

RB: Voudriez-vous  vous  présenter; pour les lecteurs qui ne vous connaissent pas?
CM: Je me nomme  Cyld Mouanda dit Sissi, je suis congolais natif de Pointe-Noire et j’évolue au sein de l’équipe du CASA SPORT, un club de la ligue 1 sénégalaise. Je suis à ma deuxième année au sein de cette équipe, j’évolue au poste de milieu offensif.
RB: Que pensez-vous de la ligue 1 sénégalaise ?
CM: La ligue 1 sénégalaise est le miroir de l’Europe ça c’est très vu au vu du classement FIFA de l’équipe nationale du Sénégal. D’ailleurs, grâce à cela, je peux me permettre de dire  sans ombrage que j’ai beaucoup appris  dans  ce championnat.
RB: Comment abordez-vous cette deuxième saison avec le CASA SPORT ?
CM: C’est une année de confirmation, je travaille dure afin d’être au mieux par rapport  à  l’année dernière  où  j’ai connu quelques blessures. Pour tout simplement  postuler à une place de titulaire au sein du onze de départ.
RB: Etant à  votre  seconde saison au  sein du CASA SPORT, êtes - vous considéré comme un cadre. Qelle appreciation apportez-vous à comparer avec   la saison dernière ?
CM: Effectivement  je suis devenu un cadre vu que le nouveau coach  qui est arrivé cette saison a effectuer un grand ménage au sein de l’effectif qui a vu de nombreux joueurs partir vers d’autres horizons. De ce fait je me dois de travailler dure afin de montrer le bon exemple aux nouveaux que nous avons accueilli cette année.
RB: Avez-vous  une pensée pour l’équipe nationale ?
CM: Bien sûr j’ai  une forte pensée aux Diables Rouges car c’est ma vie, comme pour tout joueur congolais. Je répondrais à l’appel dés que la nation  me fera appel, pour le moment  je bosse dure avec mon club.
RB: Vous êtes le premier congolais a évoluer  dans le championnat sénégalais, pensez-vous  que d’autres joueurs congolais peuvent songer à venir monnayer leur talent ici ?
CM: Déjà c’est un honneur pour moi d’être le premier congolais  si vous le dites, le football sénégalais est différent du nôtre mais comme on dit un footballeur doit toujours s’adapter  et c’est mon cas ,car ce ne fut pas facile. C’est  ça le métier.
RB: Vous en êtes ou avec votre club le CASA SPORT en ligue 1?
CM: Nous avons disputé 12 matchs, nous sommes sixième au classement. J’ai eu a disputé l’intégralité des matchs comme titulaire saut la première journée ou je n’ai pas pu car j’étais touché. Tout se passe bien avec le groupe et  personnellement  ça va.

Congofootball.fr vous remercie du temps que vous nous avez accordé .
Entretien réalisé le 10/02/2017 par Rock Bickindou.

Découverte: Harim Orphy Makaya, un jeune joueur d'origine congolaise à suivre de prêt.

Régulièrement, Congo football vous propose de découvrir de jeunes talents qui ont poussé dans l’Hexagone. Mais une fois n'est pas coutume, prenons ce coup-ci la direction de l'Allemagne, pour rencontrer Harim Orphy Makaya qui évolue dans le club de Sportclub Lahr en VerbanbsLiga (niveau CFA 2).

Ce jeune joueur est né le 03 juin 1997 en Allemagne, Harim Orphy Makaya est le premier des fils de l'ancien international congolais Makaya Françis dit (Smalto).

De nos jours, s’il y a des jeunes qui suscitent l'admiration et l'espoir au sein du football congolais, Harim en fait bien parti. Joueur offensif, fin dribleur, il a une maîtrise technique du Ballon qui fait frémir ses adversaires ainsi qu'une qualité de passe et de frappe exceptionnelle. Bref, Harim Orphy Makaya est un jeune joueur complet au tempérament discret. A 19 ans, il rêve déjà de porter les couleurs de l 'équipe nationale des Diables Rouges du Congo. Mais ce n’est pas tout :son désir ardent, c’est de faire mieux que son papa. En outre, son joueur préféré est le Brésilien Neymar junior qu’il souhaite imiter dans les performances, les réussites et le talent.

Contacté par nos soins, le joueur nous raconte son parcours : « J’ai commencé le foot à 6 ans, à Khel, jusqu' à mes 17 ans .Puis je suis allé à Offenbourger où j'ai été surclassé pour jouer avec les U19. À Offenbourger, j'ai passé deux belles saison inoubliables où on avait atteint la finale de la coupe d'Allemagne U19, avant de perdre devant le centre de formation du SC Fribourg. La saison d'après avec mes coéquipiers, on a terminé champions des U19 zone nord d'Allemagne pour monter en Oberliga Zone Nord (niveau CFA en France). Suite à mes performances, j'ai été sollicité cette année pour rejoindre l'équipe senior de SC Lahr, qui évolue en VerbandsLiga (niveau CFA 2 française). Je suis physique, j’ai des capacités avec mes deux pieds ainsi qu'un bon gabarit Je suis techniquement à l’aise et avec une bonne vision du jeu. Je m’inspire beaucoup des joueurs comme Douglas Costa (Bayer Munch) et Bryan sterling (Man City)qui sont mes références. »

Et s’il est encore loin de ses modèles, le jeune attaquant continue de travailler pour les égaler un jour: « J’ai connu une très bonne progression par rapport à mes débuts avec le SC Lahr. J'ai été bien accueilli et le groupe m'a permis de rentrer dans le bain direct , Il n’y a pas de mauvaises choses pour l’instant. Par rapport à mon age et au niveau, je suis heureux même si je suis conscient que le chemin est encore très très long». Alors, celui qui est encore encadré par son père réalisera-t-il tous ses rêves ? C’est tout le mal qu’on lui souhaite.

 

Propos recueilli par Roll-feller

Photo: Makaya Harim (SC Lahr face à Freiburgeur FC 1-2).

Large_pub_actu

CG FOOT TV: ÉGYPTE 2-1 CONGO (Résumé)

VOTRE PUB ICI

PLUS D'INFOS

Classement saison 2017

# Equipe Joues Wins Lost Points
 AC Léopards 34 24 4 78
 AS Otôho 34 22 4 74
 CARA 34 20 5 69
 La Mancha 34 19 9 63
 Etoile du C 34 18 8 61
 JS Talangaï 34 14 9 53
 S M O 34 13 13 47
 Patronage 33 11 13 42
 Tongo FC 34 11 16 40
 Interclub 33 11 16 39
 AS Cheminot 34 10 15 39
 JS Poto Poto 34 10 16 38
 Diables Noirs 34 8 13 37
 FC Kondzo 33 9 14 37
 Nico Nicoyé 34 8 14 36
 Jeunes Fauves 34 7 19 29
 FC Nathaly's 32 6 17 25
 ASK 33 6 22 23

NOUS CONTACTER

Écrivez à la rédaction : redactioncgfoot@gmail.com

Pour toutes les questions concernant le site : contact@congofootball.fr

Pour contacter notre régie publicitaire : rollfellercgfoot@gmail.com